Vassilis Alexakis

Biographie

Vassilis Alexakis est un auteur gréco-français né en 1943.

Fils du comédien grec Yannis Alexakis, il est né à Athènes. Toutefois, il aime parfois raconter qu’il a vu le jour sur l’île de Santorin où il passait ses vacances lorsqu’il était enfant.

Vers l’âge de dix ans, Alexakis commence à apprendre le français à l’Institut français d’Athènes.

À 17 ans, il s’installe à Lille, dans le nord de la France, pour poursuivre des études de journalisme. Souffrant du mal du pays, il souhaite rentrer au plus vite, mais pour réussir ses examens, il doit d’abord améliorer ses compétences en français. Il se jette donc à corps perdu dans l’étude de la langue... pour mieux pouvoir partir !   À la fin des ses études, il retourne effectivement en Grèce.

Mais en 1967, les Colonels s’emparent du pouvoir et la situation devient difficile pour ce jeune journaliste qui se plaît à dessiner des caricatures politiques et n’entend pas renoncer à son esprit critique. En 1968, il revient donc en France, à Paris cette fois. Depuis, il partage sa vie entre son studio parisien, un appartement à Athènes et une maison sur Tinos, une île des Cyclades.
Vassilis Alexakis publie ses premières œuvres en français (son premier roman, Le sandwich paraît en 1974). Mais en 1980, il écrit un roman en grec qu'il traduit lui-même en français sous le titre Talgo. À partir de ce moment, il écrit alternativement des textes en français et en grec et se traduit ensuite. La question des langues et de la double culture domine littéralement son œuvre. Avec Les mots étrangers (2002) l’auteur tente même de fuir l’opposition entre français et grec en racontant l’histoire d’un personnage bilingue franco-grec qui se met à apprendre le Sango (langue du Centrafrique), une langue choisie presque par hasard. Alexakis a d’ailleurs effectivement appris cette langue et a depuis également dirigé un recueil de nouvelles centrafricaines en version bilingue français / sango.

À la différence de bien des écrivains francophones, le choix de Vassilis Alexakis d’écrire en français n’a pas été contraint. Il note ainsi dans son texte autobiographique Paris-Athènes en 1989 : « Je n’ai pour ma part aucune excuse d’écrire en français : je ne viens pas d’un pays francophone, ma langue maternelle n’est pas uniquement une langue orale, je n’ai pas rompu mes liens avec elle, enfin, il y a bien longtemps que la Grèce s’est débarrassée des colonels. » Alexakis a souvent affirmé que le fait d'écrire dans cette langue, en créant une certaine distance, lui avait aussi offert un grand espace de liberté.

Ses œuvres sont très diverses et renvoient à des genres variés, mais on retrouve presque systématiquement le thème de la quête identitaire et l’intérêt pour les langues.

Dans Papa et autres nouvelles, réédité par Mondes en VF, Alexakis aborde de manière apaisée le rapport à sa double identité : la France et la Grèce servent alternativement de décor aux nouvelles sans que cela constitue un thème dominant. En revanche, la dualité demeure un aspect essentiel : les hommes mis en scène dans ces nouvelles sont toujours partagés entre une vie possible et une vie réelle, le passé et le présent, le sentiment amoureux et ses doutes, le fantasme et la réalité, les mots et ce qu’ils désignent.

Enfin, Vassilis Alexakis a reçu de nombreux prix littéraires prestigieux. Papa a notamment reçu le Prix de la Nouvelle de l’Académie française.
Le journalisme
Vassilis Alexakis a toujours mené de front plusieurs carrières et ses succès littéraires ne l’ont pas empêché de poursuivre sa carrière de journaliste. Il a collaboré aussi bien avec des journaux français ou grecs qu’avec la radio.

Le dessin
Si l’écriture occupe une place essentielle dans la vie de Vassilis Alexakis, son premier amour fut pourtant le dessin. Il a publié plusieurs recueils de dessins et travaille comme illustrateur pour différents journaux, en France comme en Grèce.

Le cinéma et la télévision
Il est par ailleurs réalisateur et a travaillé pour le cinéma et pour la télévision.

Le football
Mais Vassilis Alexakis est aussi un passionné de football. Plusieurs de ses textes évoquent avec humour des personnages aux prises avec leur passion pour ce sport et notamment la nouvelle « Le coup franc de Platini » du recueil Papa et autres nouvelles.
Bibliographie
Le Sandwich, Julliard, Paris, 1974
Les Girls du City-Boum-Boum, Paris, Julliard, 1975
La Tête du chat, Paris, Le Seuil, 1978
Talgo, Paris, Le Seuil, 1983. Traduit du grec par l'auteur
Contrôle d’identité, Paris, Le Seuil, 1985
Paris-Athènes, Paris, Le Seuil, 1989
Avant, Paris, Le Seuil, 1992, Prix Albert Camus 1993
La Langue maternelle, Paris, Fayard, 1995, Prix Médicis 1995
Le Cœur de Marguerite, Paris, Stock, 1999
Les Mots étrangers, Paris, Stock, 2002
Je t’oublierai tous les jours, Paris, Stock, 2005
Ap. J.-C., Paris, Stock, 2007, Grand Prix du roman de l'Académie française, 2007
Le premier mot, Paris, Stock, 2010
L'enfant grec, Stock, 2012
Pourquoi tu pleures ?, Éd. Romiosini-Schwarze Kunst (Allemagne), 1991. Rééd. illustrations de Jean-Marie Antenen, éd. Quiquandquoi (Suisse), 2001
Papa et autres nouvelles, Paris, Fayard, 1997, rééd. Didier, « Mondes en VF », 2012, Prix de la Nouvelle de l'Académie française, 1997
Le Colin d’Alaska, illustrations de Maxime Préaux, Paris, 1999
« Je t'oublierai tous les jours », Dix ans sous la Bleue, collectif, Stock, 2004

L’Invention du baiser, illustrations de Thierry Bourquin, éditions Nomades, 1997

Le Fils de King Kong, éditions Les Yeux ouverts, 1987

Mon amour !, Citta Armoniosa (Italie), 1978
L’Aveugle et le Philosophe, éditions Quiquandquoi (Suisse), 2006
Les Grecs d’aujourd’hui, Paris, Balland, 1979

ATTENTION ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

En poursuivant sur ce site, vous signifiez votre accord avec cet usage. En savoir plus

J'ai compris

Les cookies utilisés sur ce site sont de trois natures

Vous pouvez trouver des informations détaillées sur les cookies, les outils de traçage et les moyens de s'y opposer sur le site de la CNIL