Wilfried N’Sondé

Biographie

Wilfried N’Sondé est un auteur français né en République du Congo en 1968.  

Wilfried N’Sondé est né à Brazzaville, capitale de la République du Congo. En 1973, alors qu’il est âgé de quatre ans, son père obtient une bourse d’artiste et la famille vient s’installer en France. Wilfried N’Sondé grandit donc à Melun, en Seine-et-Marne, dans un quartier pauvre où se côtoient des familles de toutes origines. Cet environnement multiculturel le marque profondément. Après le baccalauréat, il part à Paris où il fait des études de droit et de sciences politiques.   En 1989, à l’annonce de la chute du mur, il se précipite à Berlin (où il est déjà allé l’année précédente), avec la sensation de vivre un moment historique décisif. C’est un véritable coup de cœur. Fasciné par cette ville en pleine ébullition, par la vitalité de sa scène artistique alternative, il décide de s’y installer définitivement en 1991. Le temps d’apprendre la langue allemande, il enchaîne les petits boulots, sur des chantiers, dans des boîtes de nuit, des bars. Il entame ensuite une carrière de travailleur social, organisant notamment des échanges internationaux de jeunes, en France, en Suisse ou au Portugal.   Après le succès de son premier roman, Le cœur des enfants léopards, il est régulièrement invité dans le cadre de résidences ou de projets artistiques et voyage énormément. Il a ainsi été plusieurs fois en Haïti, a parcouru de nombreux pays d’Afrique : Mali, Niger, Burundi… et Congo où il est retourné pour la première fois en 2008, suite au succès de son premier roman. En 2010, il a également participé au Transsibérien des écrivains : avec une dizaine d’autres auteurs français, il a traversé la Russie à bord du train mythique emprunté autrefois par Blaise Cendrars. Il participe également régulièrement à des résidences d’écriture en France et passe donc beaucoup de temps sur les routes ou dans les airs…   Il vit aujourd’hui entre Paris et Berlin.
Les œuvres À l’adolescence, Wilfried N’Sondé écrit aussi bien des poèmes que des chansons. Par la suite, il se concentre essentiellement sur la musique et ce n’est qu’à l’approche de la quarantaine qu’il revient à la littérature. Au début, il écrit surtout des nouvelles pour le plaisir, sans prétendre se lancer dans une carrière littéraire, mais une amie les montre à Hans Christoph Buch, écrivain et éditeur allemand, qui s’enthousiasme et propose de les soumettre à Bernard Magnier, alors directeur de la collection « Lettres africaines » chez Actes Sud. L’éditeur est tout de suite intéressé mais connaissant le marché français qui fait peu de place au genre de la nouvelle, lui propose d’écrire d’abord un roman… Wilfried N’Sondé relève le défi et entreprend la rédaction de ce qui deviendra Le cœur des enfants léopards. Publié en 2007, ce roman relate le destin tragique d’un jeune homme ayant grandi dans une banlieue pauvre. Il a obtenu le Prix Senghor du premier roman francophone et le Prix des Cinq Continents de la francophonie, ce qui a valu à son auteur des invitations dans une dizaine de pays. Il a par la suite été plusieurs fois adapté au théâtre et a été traduit en italien, en allemand et en coréen. En 2010, Wilfried N’Sondé publie un deuxième roman, Le silence des esprits ainsi qu’une nouvelle dans le recueil collectif dirigé par l’auteur franco-djiboutien Abdourahman Waberi, Nouvelles d’Afrique, nouvelles de foot. Enfants de la balle. En 2012, il publie Fleur de béton, saisissante galerie de portraits des habitants d’une cité pauvre où les rêves de la jeunesse semblent voués à l’échec. Orage sur le Tanganyika, publié dans la collection « Mondes en VF » en 2014, fait suite à un voyage de l’auteur en Burundi en 2011. À l’occasion de ce voyage, l’auteur avait pu accompagner une mission de Médecins sans frontières et vivre de près des situations très proches de celles qu’il décrit dans son roman.   Il termine actuellement la rédaction d’un roman dont l’intrigue devrait se situer à Berlin et qui sera publié en 2015, toujours aux éditions Actes Sud.   Les thèmes   La pauvreté, l'exclusion S’il y a bien quelque chose qui agace Wilfried N’Sondé, c’est qu’on le qualifie d’écrivain de la banlieue… En effet, si ses intrigues se déroulent souvent dans des quartiers en périphérie de Paris, le critère géographique ne lui semble guère pertinent. Son sujet n’est pas la banlieue, mais la pauvreté, l’exclusion. Il existe d’ailleurs des banlieues tout à fait bourgeoises, tandis que la misère ne se concentre pas qu’en bordure de Paris. Pour l’auteur, l’essentiel est de redonner toute leur humanité à ceux qui vivent dans des conditions matérielles et sociales parfois très difficiles. Le jeune franco-congolais du Cœur des enfants léopards, le sans-papiers Clovis Nzila, l’infirmière Christelle dans Le silence des esprits, la jeune Rosa Maria dans Fleur de Béton et Minerve et Joséphine dans Orage sur le Tanganyika ont des origines différentes, vivent dans des lieux différents mais se voient confrontés à la violence et au rejet en raison du contexte de pauvreté dans lequel ils évoluent.   L'amour et les émotions humaines Les romans de Wilfried N’Sondé traitent souvent de sujets durs, pourtant l’auteur s’attache toujours à mettre en valeur l’universalité des sentiments humains. Avec ses romans, il cherche à rappeler que quelles que soient les conditions dans lesquelles les hommes vivent, tous aspirent de la même manière à l’amour et au bonheur. L’auteur, qui assume volontiers un côté romantique, affirme vouloir mettre en avant la beauté du sentiment amoureux et de la tendresse humaine. Tous ses romans mettent d’ailleurs en scène des histoires d’amour et des amants prêts à braver tous les interdits, tous les tabous. En mettant en avant les émotions, l’auteur cherche également à lutter contre les clichés : ainsi dans Orage sur le Tanganyika, en montrant Minerve anéanti par la mort de son premier enfant, il veut rappeler que même dans la misère la plus sombre, la mort d’un enfant est toujours une tragédie, qu’il n’existe pas d’horizons sous lesquels la vie aurait moins de valeur.   Le style Wilfried N’Sondé est un amoureux de la langue, toujours en quête du « flux », d’une certaine musicalité. Affecté d’un bégaiement depuis l’enfance, il affirme avoir pour cette raison toujours été particulièrement sensible au rythme de la langue et à la mélodie du discours. Musicien avant d’être devenu romancier et grand lecteur de poésie, ces arts influencent également son écriture.   Les influences Au-delà de la musique et de la chanson, Wilfried N’Sondé a également été marqué par de nombreuses lectures. Ainsi les auteurs romantiques du XIXe siècle (notamment Baudelaire, Nerval et Chateaubriand) sont-ils pour lui une référence essentielle. Il est également très sensible à la grande humanité du regard d’Albert Camus. Il évoque volontiers l’influence du poète congolais Tchicaya U’Tamsi, de la romancière Véronique Olmi (notamment son texte Bord de mer) ou du philosophe Nietzsche. De manière générale, les auteurs qui lui plaisent sont des auteurs attachés à explorer le sentiment humain ainsi que des auteurs particulièrement attentifs à la beauté de la langue. Grand lecteur, il considère qu’il y a aujourd’hui une littérature contemporaine francophone très riche et dit ainsi beaucoup apprécier les œuvres de Laurent Mauvignier, Maylis de Kerangal, Carole Martinez ou Virginie Langlois.
La musique Avant de devenir écrivain, Wilfried N’Sondé menait en parallèle à son travail d’éducateur social, une carrière de musicien. Dans les années 1990, il avait fondé avec son frère Serge N’Sondé les Wild Congo Brothers, un groupe d’Afro Punk qui se produisait sur les scènes alternatives berlinoises. Après une interruption de quelques années, en 2010, les deux frères s’associent à nouveau, cette fois avec des compositions plus proches de la chanson et du slam poetry. Comme dans ses romans, Wilfried N’Sondé met à l’honneur dans ses chansons le sentiment amoureux et la lutte contre les exclusions.   Paléo-anthropologie et physique quantique En dehors de la musique et de la littérature, Wilfried N’Sondé a de nombreux centres d’intérêt, dont la paléo-anthropologie et la physique quantique. Fasciné par la question des origines de l’homme comme par les réflexions sur le temps, il prend beaucoup de plaisir à lire des articles et des ouvrages à ce sujet.
Bibliographie
Le cœur des enfants léopards, Actes Sud, 2007 Le silence des esprits, Actes Sud, 2009 Fleur de béton, Actes Sud, 2012 Berlinoise, Actes Sud, à paraître
Septembre d’Or, Klett Verlag, 2011
Découverte d'un pays

ATTENTION ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

En poursuivant sur ce site, vous signifiez votre accord avec cet usage. En savoir plus

J'ai compris

Les cookies utilisés sur ce site sont de trois natures

Vous pouvez trouver des informations détaillées sur les cookies, les outils de traçage et les moyens de s'y opposer sur le site de la CNIL